Cours : Membrane Plasmique

Elle est la vie car separe l'interieur de l'exterieure .Délimite toutes les cellules.

I) Structure Constituées essentiellement de lipides.

A) Modèle monocouche

- Bac d'eau avec une solution de phospholipides -> monocouche de lipides avec les lipides à la surface de l'eau et les chaînes d'acides gras du côté aérien. Bac délimité par une barre mobile qui va comprimer les lipides -> la pression est d'autant plus petite que la surface de chaque lipide est grande. A une certaine valeur de surface -> cassure de la courbe: cassure du film lipidique et changement de conformation. Surface est élevée -> intéractions faibles des lipides et leur chaîne d'acides gras adoptent une configuration désordonnée. Surface faible -> chaînes d'acides gras à structure ordonnée. Une monocouche formée par un lipide est caractérisée par un isotherme pression/surface : la pression augmente quand la surface diminue.

B) Modèle bicouche

- Modèle au pinceau : chambre, compartiment et orifice médian. Prélèvement au pinceau d'une solution de phospholipides mise dans l'orifice. Evaporation du solvant -> bicouche symétrique de phospholipides. - Modèle par jonction de deux monocouches : chambre, deux compartiments et orifice médian. Phase aqueuse sous l'orifice. Deux solutions différentes de phospholipides dans chaque compartiment. On élève le niveau des deux compartiments aqueux jusqu'à l'orifice pour obtenir une bicouche asymétrique.

- Fusion de vésicules contenant une protéine avec la membrane : fusion de liposomes avec une bicouche.

- Technique de Tip-Dip : monocouche lipidique avec protéines intégrées placée à la surface d'une phase aqueuse. On y plonge une pipette : sa surface contient une monocouche de lipides avec protéines. On la replonge dans la monocouche : les phospholipides de la monocouche vont se placer en face de ceux de la pipette. On aura donc une bicouche lamellaire à l'extérieur de la pipette. - Technique de Patch-Clamp : on détache d'une membrane ou d'une vésicule de lipide, un lambeau de membrane à l'extérieur d'une micropipette.

C) Modèle de membranes unitaires

- Modèle de Danielli-Dawson : "sandwich" : protéines à l'extérieur et phospholipides à l'intérieur

- Menbrane unitaire de Robertson : membrane bicouche avec phosphatidylcholine : structure bilamellaire. - Modèle micellaire de Lucy et Glauert : alternance micelles lipidiques / protéines globulaires avec autour des protéines et des glycoprotéines. - Structure de Singer-Nicholson : deux feuillets de phospholipides reliés par des liaisons hydrophobes : membrane asymétrique car des sucres sont fixés à l'extérieur ( + protéines intrinsèque et extrinsèques et cholestérol).

II) Composition chimique

Elle est composée de lipides :

- acides gras saturés ou insaturés - triglycérides - phospholipides - sphingolipides phosphorylés ou non - cholestérol et ses dérivés - et de protéines :de structure, contractiles, enzymatiques, de transport, glycoprotéines. III) Fluidité Mobilité des lipides, quatre types de mouvements :

- rotation dans le plan de la membrane - flexibilité des chaînes (mouvement par rapport à la tête) - diffusion latérale (déplacement dans le plan de la membrane) - flip-flop (changement d'hémi-membrane) Température de transition de phase (Tm) : permet passage d'un état de membrane à l'autre. Spécifique à chaque lipide. - TTm : état de cristal liquide α : les chaînes d'acides gras mobiles, non parallèles. Membrane est moins épaisse.

- Chaînes d'acides gras saturées : Tm>0 - Chaîne insaturée : Tm est très diminué. - Tm augmente avec l'augmentation de la longueur de la chaîne hydrocarbonée. - Membranes biologiques : une chaîne saturée et une chaîne insaturée. Leur Tm est donc inférieure à celle d'un phospholipides possédant deux chaînes saturées. La fluidité de la membrane en sera donc augmentée du fait que l'empilement des phospholipides est plus difficile (acide gras saturé : structure linéaire, acide gras insaturé : plicature). Présence de cholestérol dans la structure :

- Si la structure est ordonnée, il fluidifie les phospholipides adjacents.

- Si la structure est désordonnée, il immobilise les chaînes adjacentes et augmenter la résistance de la membrane.

Mobilité des protéines : mouvement de protéines entraînant avec elle les molécules lipidiques qui leur sont associées. Mouvements pyriformes. Les protéines peuvent se déplacer en fonction du pH et ensuite, reprendre leur place initiale. La température joue un rôle. Phénomène régulé par :

- Mécanisme externe (effet trans) : action du milieu sur les microfilaments et microtubules via des protéines intégrées.

- Mécanisme interne (effet cis) : présence de système de microfilament (actine) sous la membrane, pas directement fixés sur les protéines intégrées. Présence de protéines intermédiaires comme la spectrine ou l'ankyrine

QCM : Teste tes connaissances !

Penses-tu tout connaître de ce cours ? Ne tombe pas dans les pièges, entraine-toi à l'aide des QCM ! eBiologie recense des centaines de questions pour t'aider à maîtriser ce sujet.

Tu dois avoir un compte pour utiliser les QCM

Ces cours peuvent t'intéresser

Avatar par défaut
Avatar par défaut

Utilisateur #17503

Pourquoi la membrane est fluides les caractéristiques de cette fluidité ?

Rejoindre la communauté

Créez un compte gratuit pour recevoir des cours, QCM et des conseils pour réussir vos études !

eBooks gratuits

eBiologie met à disposition plusieurs eBooks contenant des séries de QCM (1 fascicule offert pour chaque inscrit).

ebook

Derniers commentaires
Besoin d'aide ?

Poses tes questions sur le Forum

Tu peux également contacter l'un de nos tuteurs en ligne :

  • Mr Claude Paul Malvy, Professeur Emerite d'Université en Biologie
  • Mme Maram Caesar, Docteur en Systématique et évolution
Réseaux sociaux