Cours : Le tissu épithélial

Merci de partager cette page sur les réseaux

A) Principales caractéristiques

1) Organisation

Ces TE correspondent à des assemblages de cellules étroitement juxtaposées (les unes contre les autres), cohésives, solidaires. D’où constitution de feuillets cellulaires reposant sur une lame basale (structure indissociable des TE). Le TE non vascularisé ne contient ni vaisseaux sanguins, ni vaisseaux lymphatiques. Il peuvent recevoir des terminaisons nerveuses. Le TE est vasculaire au niveau de l'oreille interne.

2) Répartition

2 Catégories :

  • Les épithéliums de revêtement : tapissent toutes les surfaces libres du corps (en externe : épiderme, en interne : cavités internes).
  • Les épithéliums glandulaires : fonction de sécrétion, participent à la structures des glandes. Rapport avec la lumière d’un organe ou une lumière de plus petite taille. Notion de milieu extérieur.

3) Principales fonctions

  • Notion de protection (car revêtement) : des structures sous-jacentes (barrière entre structure de l’organisme et le milieu environnant), imperméabilité.
  • Notion d’échanges :
    • Absorption : entre milieu environnant et l’autre coté du TE (transfert extérieur vers milieu sous jacent).
    • Mécanisme d’excrétion
    • Echanges gazeux (milieu pulmonaire)
  • Mobilisation de substances (cellules ciliées) : facilite certains mouvements d’un organe particulier
  • Mouvements de glissements (séreuses : structures mobiles) : capacité des tissus à glisser les uns sur les autres pour permettre le déplacement d’un organe particulier
  • Sécrétion (produits exportables).

4) Origine

A la 3e semaine embryonnaire, une grande partie dérive de l’endoderme, de l’ectoderme, et une partie non négligeable provenant du mésoderme. Mécanismes de différenciation qui débute au moment du développement embryonnaire.

B) Classification des Epithéliums

L’aspect morphologique des tissus repose sur 2 notions : -nombre d’assises cellulaires ou couches cellulaires -forme des cellules (couches superficielles au voisinage de la lumière).

1) TE simples : unistratifiés

Repose sur une lame basale. Epithélium simple pavimenteux :

 

e60d867f9493b69e0aeee72a98ea8b51.jpg

 

Aspect Pavimenteux. Cellules retrouvées au niveau des vaisseaux pour composer l’endothélium (cellules endothéliales). Elles assurent un revêtement, autorise les échanges à travers les parois vasculaires (dans capillaire), et les échanges avec le sang (structures sous jacentes).

Coupe d’une région médullaire d’un rein :

 

ee8986d988bb7fc0622c1c74a39b9bf1.jpg

 

Epithélium simples cubiques :

 

948b3968ad9cf8760d5db184b7f7c75f.jpg

 

Epithélium de revêtement dans les canaux excréteurs (structures glandulaires). A l’intérieur tube de Bellini. Très peu d’action sur le matériel circulant à l’intérieur des tubes. Cellules peu différenciés avec le cytoplasme car peu organisées.

Epithélium cylindrique simple ou prismatique :

 

54e08c0243d6dd555672e45e7bc41a44.jpg

 

Coupe au niveau de la vésicule biliaire (Coloration au trichrome de Masson)

 

221a7413d5fc2f66b0dc8f68c90cada2.jpg

 

Cellules cylindriques, allongées, étroites. Le noyau est dans la moitié basale de la cellule (en bas). Activité métabolique très importante. Formé du noyau basal et d’un cytoplasme bien développé riche en organites.

2) Epithélium stratifiés ou pluristratifiés

Plusieurs couches de cellules entassées les unes sur les autres. Epithélium pluristratifié pavimenteux ou épithélium malpighien : Plusieurs couches de cellules. Cellules superficielles qui prennent l’aspect pavimenteux. Les cellules se renouvellent à partir de sa souche disposé contre la lame basale: durée de vie limitée.

 

c2b4de18aa9bc8a3ef05a7dd21f73554.jpg

 

Paroi vaginale Le cytoplasme est coloré par l’éosine (ROSE), et la MEC est coloré en safran (JAUNE). Technique HES Þ coloration par l’hématoxyline (les cellules ont une teinte violette).

 

a682c54c9befb4c959a07b1943bb0896.jpg

 

L’activité mitotique permet de produire deux éléments cellulaires :

  • Des cellules produit par un phénomène de différenciation (irréversible) ces cellules s’éloignent de la lame basale et vont constituer la deuxième couche/li]
  • Les autres cellules gardent leur potentiel de cellules souches./li]

Il faut que la production de cellules compense la mort.

Paroi oesophagienne

 

765ebdf262ba715609e44e21a62786ae.jpg

 

Le cytoplasme devient de plus en plus important au plus on s'approche de la lame basale. Les cellules sont plus aplaties en s'écartant de la lame basale.

Fonction de protection la plus aboutit car les cellules sont très cohésives car elles sont ancrées de manière très solide. Lorsque le mécanisme perturbe son fonctionnement Þ épaisseur augmente (maladie) ou phénomène de nécrose des cellules (ulcération) avec partie épithélial. Epithélium bistratifié cubique : Deux couches de cellules cubiques : canaux excréteurs de grand diamètre.

3) Epithélium pseudo-stratifié

Paroi trachéal - Stratification des noyaux

 

753507e4781ce64ac261d8612e39d333.jpg

924f324d8ad1e60285dab93f13de128d.jpg

 

Présente un épithélium toujours en contact avec la lame basale. Seuls les cellules cylindriques ont un contact avec la lumière, le cytoplasme est très peu abondant. Epithélium + tissu conjonctif = muqueuse Notion de polarité épithélial car étendu entre 2 milieu différent.

C) Polarité épithéliale

 

7e5d0d8573abaeab813e2577d25888a0.jpg

 

Le TE est toujours tendu entre deux milieux très différents d’où la notion de polarité épithéliale. Différentiation membranaire

  • A l’apex : siège de la différenciation membranaire, contact étroit avec ce qui se passe avec le milieu extérieur, partie la plus proche de la lumière.
  • Au pôle basal : en regard de la lame basale, ce qui est très important pour les échanges avec le TC, présente une différenciation membranaire en raison d’échange avec le tissu sous-jacent du TC.
  • Paroi latéral : siège des dispositifs nécessaire à la cohésion Þ solidité de l’épithélium.

Pôle basolatéral = pôle basal + paroi latéral.

D) Le pôle apical : interface avec Milieu extérieur

Deux grands types de différenciations :

  • microvillosités : mécanismes échanges
  • cils : mobiles => mobilisation de substances

1) Les microvillosités

Phénomène d’absorption à travers les cellules Þ système d’amplification. Contact d’échanges très petits. Coupe de paroi de l’intestin grêle Fort grossissement. Coloration au Trichrome de Masson.

 

b836f6f6aafd5845ed4c40df8a2951eb.jpg

 

Si présence de replis, on augmente la surface d’échange.

 

a7398cc9e0eda18cca49880db9f6be73.jpg

 

Coupe de la cortical rénale Partie la plus externe

 

9f0f679ddb453a3a5015d5807df4521f.jpg

 

Vues d’une cellule intestinale

 

5095baecc3dd2e8708c001d0063bea2e.jpg

 

Organisation particulière des filaments d’actine

 

2c18af02358f32710399e5a7b0cff9ad.jpg

 

2) Les stéréocils

Replis de membrane à disposition particulière Epididyme

 

cc9ad58db47f0a369e382534cbf9a2b8.jpg

f343d4d0587e447288bfe1e95db9b644.jpg

 

Deux dispositions différentes :

  • sans actine
  • avec actine

Ce sont des structures sous influence de molécules particulières (ici, hormones). On dit que c’est une différenciation hormono-dépendante. Pas de stéréocils. Structures hormonaux dépendants. Certain tissu sont régulé par sécrétion hormonal. Sous la dépendance d’hormone Þ la cellule prend un aspect différencié.

 

52e9b062dd7ecc6b732bb1dae75156fc.jpg

 

3) Les cils

Vision nette au microscope optique. Trompe de Fallope

 

5e3b239fb093ebd520ad9c175934f1c9.jpg

 

Reconnaissable par la présence des cils ou pas. Cellules ciliées : 2 structures :

  • cils ou filaments constitue une touffe de structure filamenteuse entre 5 et 10 micromètre : représente un épaississement au pole apical présent seulement chez les cellules ciliés Þ structure à la base des cils Þ alignement des kinétosomes.
  • la base de la constitution des cils sont les microtubules associé à des protéines MAP :
    • motrice
    • protéines de liaison.

 

58862c00b76dbf8b461862acd0dba025.jpg

 

Centrioles :

 

4223e0e8a79f40982ac38a5ccf972a3e.jpg

 

9 triplets de microtubules placé en périphérie, structure filamenteuse en port radiaire. Microtubule organisé au niveau du col sous forme de doublet. Si absence ou si immobilité des bras de dynéine Þ maladie. Syndrome de Kartagener Þ pathologie (ex : bronchite).

 

65c5a890f475aef1de5fe4623b44a0b7.jpg

 

Schéma d’un centriole

 

1be255a3fc8bb0235c01416835740e11.jpg

 

Gaine centrale + pont radiaire + bras de dynéine (MAP motrices) = ponts fixes. Si les bras de dynéine sont inefficaces, les cils sont immobiles cela entraîne donc une maladie. Le battement ciliaire Mobilisation de substance situé au pôle apical des cellules, création d’un flux liquidien. L’embryon n’a pas de mobilité, et sera donc entraîné par ce flux contrairement aux spermatozoïdes. Battement unidirectionnel, ordonné. Synchrone au niveau de la cellule mais léger décalage entre les cellule pour créer un mouvement de vague. Glissement vertical Þ mouvement de flexion Þ courbure du cil. Si la dynéine est absente ou non fonctionnelle Þ syndrome de KARTAGENER, sujet infertile, sujet à des infections bronchiques à répétition. Synchronisation entre les cellules : léger décalage lié à la présence de jonctions intercellulaires particulières, harmonisation des battements ciliaires.

E) Pôle basal

1) Lame basale

Médullaire rénal MEC au niveau du TE. Visible en coloration PAS (acide périodique + réactif de Schiff). Structure riche en glucides (glycoprotéines et saccharide).

 

923b856094b500cb7d8473780f3e1373.png

 

Collagène type IV s’organise pour former plusieurs couches superposées. Laminine, fibronectine, protéoglycane, glycosaminoglycane Þ forme une structure qui n’a pas d’organisation identique pour toute les lames basales. Organisation variable car elle dépend de la fonction Þ constitue un interface entre 2 tissus différents (conjonctif et épithéliaux) Þ sert à définir 2 compartiments et permet de maintenir des types cellulaires différents (barrière pour les cellules). Elle n’ est pas strictement imperméable car elle peut laisser le passage aux cellules sanguines (dans l’intestin…) et autoriser le passage de terminaisons nerveuses. Lorsqu’une tumeur se développe dans 1 épithélium : formation d’une population de cellules différentes des cellules normales qui vont être composés de cellules épithéliales cancéreuses (capacité de multiplication importante), bourgeonnement au niveau de l’épithélium. Les cellules franchissent la LB pour passer dans le TC où l’on trouve des vaisseaux sanguins ou lymphatiques.

0a6817e0072a274b5dbe54f77f2d0251.jpg

 

Une tumeur qui se développe dans l’épithélium est appelé une « tumeur in situ » 2 éléments de progression tumorale :

  • dans l’épaisseur de la paroi pour atteindre la couche plus profonde (musculaire)puis la couche périphérique ; possibilité de franchir cette limite et de coloniser les organes situé à coté Þ tumeur invasive.
  • vaisseaux sanguins et lymphatiques franchissent leur paroi et passe dans le courant circulatoire Þ tumeurs à distance ou métastase.

Notion de filtre Certaines molécules sont capables de traverser la LB (eau, molécules variées : peptides, protéines…). La capacité de passer à travers dépend des mailles du filtre et de leurs encombrements. Filtre rénal :Anticorps anti LB se fixe à la lame basale. C’est une immunoglobuline produite par l’organisme et produit une réaction antigène/anticorps, mécanisme auto-immun, entraîne un gène à la filtration. Réduit la capacité perméable du réseau Þ insuffisance rénal Þ fonction de filtre très limité.

2) Replis membranaires

Repli membranaire

 

efefd8a43779f6a9a70b9e241a225561.png

 

F) Parois latérales

Adhérence cellule-cellule => support d’une des principales fonctions des tissus épithéliaux : la cohésion.

  • Adhérence non jonctionnelle
    • pas de formation de structures primaires et visibles en MET (cadhérines, intégrines, sélectines).
  • Adhérence jonctionnelle
    • les molécules s’organisent pour former structures visibles en MET ou méthodes de cryodécapage ou de cryofracture.
    • Avec le MO et un colorant (nitrate de lanthane qui permet de vérifier la perméabilité de ses structures jonctionnelles Þ évaluation de la perméabilité.

Jonctions intercellulaires classées en 3 catégories :

  • jonctions serrées ou occlusives, étanches, jonctions de type occludens.
  • jonctions communicantes, type GAP, nexus, permettent des communications entre les cellules.
  • jonctions d’ancrage, de type adherens (interaction avec le cytosquelette)
  • Desmosomes ; intervention de cadhérine, dans les cellules Þ filaments intermédiaires
  • ceintures d’adhérence : intervention de cadhérine - actine
  • hémidesmosomes : intervention d’intégrine Þ filaments intermédiaires.

1) Jonctions serrées

Barrière dont l’étanchéité est variable. Sélectivement perméable. Non observable au MO.

 

6deea9fcb814ac7edc3b03358499992f.jpg

 

Les jonctions serrées sont observées sur tout le pourtour de la cellule.

 

e011e36c1fc943db80897704da0f561d.jpg

a2527d90751a9f01da165540edfb452b.jpg

 

Fonction :

  • cohésive
  • répartition des protéines membranaires (distinguer et isoler la région apical) :
    • région apicale
    • région basolatérale

 

a3c70ddb4ae39798ee1bf869fa96d246.jpg

 

Compartimentation des protéines, canalisation du transfert de la molécule (de la lumière vers le pole basal)

2) Jonctions intermédiaires

Ceinture d’adhérence. Appartient à la « jonction d’ancrage ». Cellules cylindriques, sans jonctions serrées. Jonctions Coupe à transmission, coupe traité par cryofracture

 

44286dce893eaaa7e0e8fd58bd1372a2.png

f5eb592492489d7e8bea6dd19affac06.jpg

8a7aa1c59bed3a1609e28e6b1f16ee97.jpg

242e7adbab877235f0761419f7d7892d.jpg

Fonction : Contraction : Mécanisme de contraction important de mise en place cellulaire Þ ceinture d’adhérence.

 

3) Desmosomes

Epithélium cohésif Þ grand nombre de desmosomes.

 

31c369bd24b4ec4fb8572604d2cbfeb6.jpg

 

Desmosomes

Tissu épithélial

f7e500d2de758204036e68341230e4c7.png

 

Desmosome au microscope photonique

 

074fb92edd783efb3c56bb8151d56e75.png

 

Le desmosome grâce à la cohésion va conférer une solidité à la cellule où il est présent.

4) Hémidesmosomes

 

f30ea584870d75fa78056bce7a5203f0.jpg

 

5) Jonctions communicantes / GAP

Système de canaux transmembranaires positionnées l’un en face de l’autre.

 

d29cc0b5c3eaa2cd5607afb1c9c8dd93.jpg

 

Couplage électrophysiologique. Synchronisation de cellules.

G) Renouvellement cellulaire

  • Duplication : mise en place dans l’endothélium simple à cellules endothéliales, cellules mésothéliales, cellules hépatiques.
  • A partir de cellules souches : cellules non différenciés (multipotentes) susceptible de donner naissance à plusieurs types cellulaire. Après chaque division une cellule souche a le droit de rester à l’état de cellule souche ou de rester à l’état de différenciation (irréversible).

Différentes fonctions des épithéliums :

  • Épithélium malpighien : cellules de réserve, remplissage
  • Épithélium pseudo stratifié : cellule souche épaisse, ce n’est pas une couche continu
  • Épithélium simple (intestin) : zone germinative localisé dans une région particulière.

e17983ea438e22e2a8c82e5b3baa2824.jpg

Cellules capable de migrer au fond des replis. Le renouvellement passe par la mitose et par le mécanisme d’adhérence.


Retour à l'index des catégories ou à la catégorie " Histologie "
Merci de partager cette page sur les réseaux

A propos de l'auteur

Avatar

Florent

Webmaster du site, Florent a désiré partager ce cours avec vous afin de promouvoir la diffusion du savoir à travers le web.


Vérifiez vos connaissances

Pensez-vous tout connaître de vos cours ? Ne tombez pas dans les pièges, entrainez vous à l'aide de QCM ! Commencer un QCM

Pour aller plus loin...

Ces cours peuvent vous intéresser

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire pour l'instant.