Cours : La reproduction asexuée

Introduction

Reproduction asexuée = Les gènes des descendants proviennent d’un seul individu, et il n’y a pas de fusion des gamètes mâles et femelles. Cela repose sur la mitose. Reproduction sexuée = Les descendants proviennent des gamètes mâles et femelles (fécondation). Les gamètes haploïdes donnent un zygote diploïde. Les gamètes se forment par méiose.

La reproduction permet le brassage génétique, la variation de phénotypes, ce qui augmente les chances de survie.

I) La fission ou division binaire ou scissiparité

On trouve cela chez les unicellulaire (protiste), la cellule se divise en deux. Les protistes présents deux à trois fissions binaires par jours. La fission peut être :

  • - non-orientée (ex : les amibes - animaux sans formes précises)
  • - Longitudinale (ex : cellules flagellées, Euglène, trypanosomas)
  • - Transversale (ex : cellules ciliées, paraméties)

II) La schizogonie ou fissions multiples

Fréquent chez les protistes parasites. Le noyau se divise plusieurs fois par mitose, le cytoplasme ne se divise qu’après la fin des divisions nucléaires par un simple découpage des territoires renfermant un noyau fils. On obtient alors des schizozoïtes. Exemple de plasmodium : Le cycle débute par un germe vermiforme uninucléé, c’est le sporozoïte. Il va s’accroitre dans son hôte, puis, au terme de sa croissance, il va subir des divisions successives (schizogonie) et se découpe en plusieurs individus mono nucléés, les schizozoïtes, qui se transformeront en gamonte.

Chez l’hôte vertébré :

Premier cycle : extraerythrocitaire

Le sporozoïte pénètre dans les cellules hépatiques, il s’y transforme en schizonte. Le schizonte est multinucléé, et va se découper en formant des schizozoïtes mononuclés.

Deuxième cycle : érythrocytaire

Les schizozoïtes vont dans la circulation sanguine pour parasiter, entrer dans une hématie. Une fois dedans, il grossit et acquière sa mobilité. Il quitte l’hématie et va aller dans l’éviscère. Une fois le parasite dans le sang, l’hôte est infectant.

Chez l’anophèle : Les gamontes vont dans l’intestin, fusion des gamètes qui donne un zygote (ou capula) mobile qui va se traverser l’épithélium et se diriger dans les muscles qui entourent l’intestin. Cette capula grossit et donne un oocyste qui va grossir et se diviser (par schizogonie) ce qui nous donne des sporozoïtes qui atteignent les glandes salivaires du moustique. 

 

III) Fragmentation / scissiparité

Fragmentation = Formation de 2 ou plusieurs individus par fragmentation Scissiparité = Le parent se scindent pour donner deux individus de même taille. La partie manquante est régénérée.

Deux cas :

  • - L’architomie : La division du corps est suivie par la régénération. (ex : étoile de mer, plathelminthes…)
  • - La paratomie : La division est précédée par une régénération Exemples : L’anémone de mer, les cnidaires

IV) Le bourgeonnement ou gemmiparité

Fréquent chez les invertébrés, le bourgeonnement correspond à la formation de nouveau individus à partir d’une ébauche.

Le bourgeon est constitué d’un ou plusieurs tissus de l’organisme parental. Il existe deux types de bourgeonnement :

  • - bourgeon de dissémination
  • - bourgeon d’accroissement

1) Bourgeon de dissémination

Exemple : L’hydre Le bourgeon, masse compact de cellule qui se divise par mitose, se transforme en petit hydre qui finit par se détacher.

Exemple : L’orange de mer Exemple : Méduse (Aurelia aurita) Figure 2 : Cycle de vie d'Aurelia aurita + photo

2) Bourgeon d’accroissement

Les bourgeons restent fixés, ce qui forme une colonie. Il y a alors une organisation dans cette colonie.

Les bourgeons, appelé polype, se différencient :

  • - Polypes nouricier (Polypes reproducteur)
  • - Polypes défenseur (dactylozoïde, cellule orticante)
  • - Polypes reproducteur (Gonozoïdes)
  • - Etc…

V) Formation de gemmules

Les bourgeons « dormant » survivent à l’organisme qui les a produits, ils constituent une forme résistante. Ils sont généralement émis lorsque les conditions de vie deviennent défavorables. La libération de groupe de cellule varié donnant naissance à de nouveaux individus, sont appelé les gemmules.

Exemple : Les éponges, les gemmules sont formées par des cellules indifférenciées (les archéocyte) et des cellules nourricières (les trophocytes). Les gemmules sont entourées d’une coque de spicule calcaire.

VI) Avantages

  • - Possibilité d’engendrer une progéniture par des individus vivant isolément
  • - Grand nombre de descendant en peu de temps
  • - Plus avantageux dans les milieux stables, car reproduit un génotype meilleur

VII) Les cycles et les types de reproduction varient considérablement chez les animaux

  • - La reproduction suit un cycle précis, souvent associé aux changements saisonniers
  • - La régulation de la multiplication asexuée dépend de facteurs environnementaux (Température, nutrition, photopériode…)
  • - Au niveau interne, elle est gouvernée par des facteurs de croissance ou des neurohormones. 

QCM : Teste tes connaissances !

Penses-tu tout connaître de ce cours ? Ne tombe pas dans les pièges, entraine-toi à l'aide des QCM ! eBiologie recense des centaines de questions pour t'aider à maîtriser ce sujet.

Tu dois avoir un compte pour utiliser les QCM

Ces cours peuvent t'intéresser

Avatar par défaut
Rejoindre la communauté

Créez un compte gratuit pour recevoir des cours, QCM et des conseils pour réussir vos études !

eBooks gratuits

eBiologie met à disposition plusieurs eBooks contenant des séries de QCM (1 fascicule offert pour chaque inscrit).

ebook

Derniers commentaires
Besoin d'aide ?

Poses tes questions sur le Forum

Tu peux également contacter l'un de nos tuteurs en ligne :

  • Mr Claude Paul Malvy, Professeur Emerite d'Université en Biologie
  • Mme Maram Caesar, Docteur en Systématique et évolution
Réseaux sociaux