Cours : L'appareil tégumentaire

search
Merci de partager cette page sur les réseaux
Télécharger en PDF S'entrainer (QCM)

Introduction

C’est le revêtement extérieur du corps, il comprend :- La peau- Les annexes§ En creux : les glandes§ En relief : Les phanèresLa peau recouvre l’ensemble du corps sauf au niveau des orifices naturels, ou elle est en continuité avec des muqueuses. La peau est reliée aux organes sous-jacent (os, muscle) par un tissu : l’hypoderme (sauf chez les poissons et cyclostomes). L’hypoderme est chargé de graisse chez le mammifère aquatique. L’appareil tégumentaire est l’un des plus volumineux du corps (2m² de peau chez l’homme) et en termes de poids, il représente plusieurs kilos.

I) Fonction physiologique de l’appareil tégumentaire

- Protection : contre les agressions du monde extérieur (chocs, bactéries…)- Echanges métaboliques (ex : les poissons ont une osmolarité pour le sel, les amphibiens respirent par la peau…)- Régulation thermique (transpiration)- Camouflage- Information (Peau = organe sensoriel qui abrite le sens tactile, perception de la douleur…)

II) Structure histologique et évolution de la peau

1 L’épiderme

Il est superficiel, et est issu de l’ectoblaste. L’épithélium est pluristratifié (plusieurs couches de cellules chez les vertébrés).Les cellules épidermiques sont élaborées par la couche basale, et on constate que les cellules épidermiques les plus anciennes sont poussées à la surface par les plus jeunes. Cette couche basale génère des cellules pendant toute la vie de l’organisme. Toutes les cellules épidermiques sont vivantes chez les cyclostomes et les batraciens.Les cellules de la couche cornée meurent et se remplissent de kératine, qui crée une couche protectrice qui empêche l’évaporation, c’est la kératinisation des cellules.La couche cornée est plus épaisse chez les mammifères, en revanche elle est totalement éliminée chez les serpents (avec la mue). Chez les lézards, la peau part en lambeaux, chez les mammifères, c’est une élimination continue.Remarques : la couche basale est ondulée chez les mammifères.

2 Le derme

Il présente deux couches chez tous les vertébrés :- une couche vasculaire, sous l’épiderme, formée de cellules conjonctives et abrite une riche irrigation sanguine. On y trouve des terminaisons nerveuses et elle sert de cellule nourricière à l’épiderme.- une couche compacte, riche en fibre conjonctive (c’est le cuir).Le changement de couleur est du aux cellules pigmentaires, les chromatophores. Il y a aussi des cellules chargées de mélanine, les mélanophores. Une autre fonction du derme est liée à la présence de muscle lisse, qui hérisse les poils, afin de conserver la chaleur, ces fibres lisses se contractent et de décontractent, le but est de « réveiller » l’organisme.

III) Glandes cutanées

Elles proviennent de la couche basale épidermique, même si elles s’enfoncent profondément dans le derme.

1 Différentes classifications

1.1 Selon leurs formes

- Les cellules glandulaires isolées- Les organes glandulaires qui réunissent plusieurs cellules

1.2 Selon la production (muqueuse ou séreuse)

- Production de muqueuse (mucus)- Production de séreuse (liquide à base de protéines, souvent toxique)

1.3 Selon le mode de sécrétion

- Holocrine : la cellule entière se transforme en sécrétion (cas des glandes sébacées)- Mérocrine : la cellule persiste après la sécrétion (cas des glandes sudoripares)- Holomérocrine ou apocrine : La cellule perd une partie de son volume et refabrique ce qui lui manque (glande lactéale)Remarque : toutes les glandes du tégument sont exocrines

2 Système glandulaire et classification des vertébrés

2.1 Cyclostome et poissons

Abondance des cellules glandulaires isolées, cellule souvent de type holocrine, et leur production est souvent muqueuse. On note aussi chez certains poissons des glandes vénéneuses, associées aux nageoires sous formes d’épines. (Ex : la vive)

2.2 Amphibiens

Diminution des cellules glandulaires isolées et augmentation du nombre de glandes. On trouve des productions de muqueuse sur l’ensemble du corps. Elles sont importantes car elles maintiennent une humidité constante. Il y a aussi des glandes séreuses, celle-ci sont concentrée sur les bourrelais dorsaux de l’animal.

2.3 Reptile et oiseau

Disparition presque totale du système glandulaire de la peau. Quelques glandes séreuses chez les reptiles, et chez les oiseaux, une seule, l’uropygienne, située sur le croupion des oiseaux. Elle produit une substance grasse que les oiseaux mettent sur leurs plumes pour les imperméabiliser.

2.4 Mammifères

Explosion du système glandulaire de la peau :- la lactéale, qui sécrète un corps gras : le lait, regroupé dans un organe spécialisé dans la nutrition du jeune : la mamelle Figure 3Il y a trois grands types de mammifère au niveau des mamelles :- Protothérien : pas de mamelle, le lait est libéré à la surface de la peau, sur des champs galactophores (ex : ornithorynque).- Métathérien (ou marsupiaux) : leurs mamelles sont temporaires, elles apparaissent pendant la période de nourrissage du jeune, organisé dans la poche ventrale (ex : les kangourous).- Euthérien : mamelles permanentes.

IV) Les phanères

1 Production dermique ou mixte

- Denticule cutanée des chondrichthyens, ce qui ressemble à une dent, mais qui n’est qu’une écaille placoïde, se trouve sur le corps de l’animal comme les requins.Figure 4 (l’ivoire est un produit issu du derme, et l’émaille de l’épiderme.)- Ecaille dermique des osteichthyens, production strictement dermique, ces écailles recouvrent le corps et sont situées dans le derme, elles ne tombent donc jamais.

2 Production épidermique (kératine)

2.1 Les écailles

Chez les vertébrés aériens, c’est issus de l’épiderme, mais le derme à un rôle nourricier, se sont des formations cornées (à base de kératine).

2.2 Les plumes

Le derme intervient dans la croissance de la plume. On distingue plusieurs sortes de plumes : duvet, rémiges (ailes), tectrices (corps), rectrice (queue). Les oiseaux muent, ils perdent leurs plumes progressivement.

2.3 Les poils

Le derme a un rôle nourricier et sensoriel, la croissance est continue jusqu’à ce qu’ils tombent. On note également la présence de pigments (ex : lièvre variable, qui est blanc en hiver). Il existe différents types de poils : poils longs, duvets, les poils sensoriels (=les vibrisses).

2.4 Les cornes, griffes, ongles…

Conclusion


Retour à l'index des catégories ou à la catégorie " Histologie "
Merci de partager cette page sur les réseaux

A propos de l'auteur

Avatar

Florent


Webmaster du site, Florent a désiré partager ce cours avec vous afin de promouvoir la diffusion du savoir à travers le web.

QCM : Vérifiez vos connaissances !

Pensez-vous tout connaître de vos cours ? Ne tombez pas dans les pièges, entrainez vous à l'aide de QCM ! eBiologie recense des centaines de questions pour vous aider à maîtriser votre sujet.

info Vous devez avoir un compte pour utiliser les QCM

Commencer un QCM add_box S'inscrire forward Se connecter

Pour aller plus loin...

Ces cours peuvent vous intéresser

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire pour l'instant.

Rejoindre la communauté

Créez un compte gratuit pour recevoir des cours, QCM et des conseils pour réussir vos études !

Via un réseau social

Ou via email

(success)
(success)
Réussir ses études
eBiologie met à disposition plusieurs eBooks contenant des séries de QCM (1 fascicule offert pour chaque inscrit).

A l'aide !

Posez vos questions sur le Forum

Pour prendre gratuitement des cours de biologie en ligne par Skype, contactez Mr Claude Paul Malvy, Professeur Emérite d'Université en Biologie