Cours : L'appareil excréteur

search
Merci de partager cette page sur les réseaux
Télécharger en PDF S'entrainer (QCM)

Introduction

- Le métabolisme animal produit des déchets (nous ne dégradons pas la totalité des molécules que nous ingérons) : dans le métabolisme azoté, production de résidus toxiques (urée). Il faut les éliminer.

- Les organismes ne peuvent fonctionner que si on respecte des concentrations précises. Les organes excréteurs participent au maintient de concentrations ioniques, de la teneur en eau : homéostasie.

Evolution générale de l’appareil excréteur : les structures se complexifient, centralisation, en étroite relation avec le développement de la circulation. On remarquera une très grande diversité des structures excrétrices, elles fonctionnent cependant toutes de la même manière. On les classe en :

- Vacuoles pulsatiles (protistes)

- Néphridies, au sens large

- Reins (vertébrés)

- Tubes de Malpighi (insectes)

- Glandes antennaires (crustacés)

Remarque :

- Chez les cnidaires, il n’y a pas d’appareil excréteur, ni chez les échinodermes, car leur milieu intérieur est pratiquement le même que le milieu extérieur. L’excrétion peut donc se faire cellule à cellule.

- Il y a parfois des déchets non excrétés mais qui sont accumulés, notamment chez les Cyprinidés (poissons d’eau douce) et leurs reins d’accumulations.

I) Les vacuoles pulsatiles

Observées chez les protistes et spongiaires. 2 vacuoles fonctionnent en alternance. Elles se gonflent d’eau et la rejettent. Ils peuvent ainsi réguler leur teneur en eau (l’intérieur -le cytoplasme- est plus concentré que l’extérieur, on a donc une entrée d’eau). La présence de déchets est un problème : leur évacuation coute cher. Beaucoup de mitochondries autour des vacuoles. La membrane de la vacuole est parsemée de micro-vacuoles qui se déversent à l’intérieur comme un phénomène d’exocytose.

On est loin d’avoir comprit le fonctionnement qui permet de rejeter ce contenu. Il faut qu’elle soit hypotonique pour se gonfler tout en ayant une osmolarité supérieur à l’extérieur pour rejeter. Le système bascule donc d’une action à l’autre en fonction de l’osmolarité. De plus, en permanence, le protozoaire perd des solutés. S’ils contiennent des ions intéressants, cela suppose que la cellule peur récupérer ces molécules par un mécanisme physique (transport actif n’est pas encore mis en évidence).


Navigation par page :
Retour à l'index des catégories ou à la catégorie " Physiologie animale "
Merci de partager cette page sur les réseaux

A propos de l'auteur

Avatar

Florent


Webmaster du site, Florent a désiré partager ce cours avec vous afin de promouvoir la diffusion du savoir à travers le web.

QCM : Vérifiez vos connaissances !

Pensez-vous tout connaître de vos cours ? Ne tombez pas dans les pièges, entrainez vous à l'aide de QCM ! eBiologie recense des centaines de questions pour vous aider à maîtriser votre sujet.

info Vous devez avoir un compte pour utiliser les QCM

Commencer un QCM add_box S'inscrire forward Se connecter

Ces cours peuvent vous intéresser

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire pour l'instant.

Rejoindre la communauté

Créez un compte gratuit pour recevoir des cours, QCM et des conseils pour réussir vos études !

Via un réseau social

Ou via email

(success)
(success)
Réussir ses études
eBiologie met à disposition plusieurs eBooks contenant des séries de QCM (1 fascicule offert pour chaque inscrit).

A l'aide !

Posez vos questions sur le Forum

Pour prendre gratuitement des cours de biologie en ligne par Skype, contactez Mr Claude Paul Malvy, Professeur Emérite d'Université en Biologie